A’KKADA « Chroniques du bled »

Compagnie Amal Hadrami

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

25 décembre, 2010

Noël à Marrakech: why not?

Classé dans : Chroniques du bled — cieamalhadrami @ 17:12

conseilsnutritionrepasnoel.jpg

Ca y est, c’est Noël ! Oui, c’est vrai, nous sommes au Maroc et ce n’est pas vraiment dans la tradition nationale de réveillonner ce jour-là. Mais comment pourrait-il en être autrement pour nous qui sommes nés et avons grandi de l’autre côté de la Méditerranée ?

Qui avons vu la neige tomber chaque hiver, les guirlandes illuminer les villes et les chants se propager comme un fou rire sur les lèvres des enfants ?

Nous regardons par la fenêtre et nous voyons un ciel bleu, un petit air frais empli nos poumons, il fait bon, nul doute possible : nous sommes à Marrakech. Ça ne sent pas Noël ou du moins, pas celui de notre enfance. Ça sent les vacances. Marrakech, ça sent toujours les vacances. C’est peut-être pour ça que tout fonctionne au ralenti. Passons.

Par-ci par-là une guirlande dans une branche, une étoile qui clignote, des slogans de fêtes sur les vitrines. La ville exhibe de nouveaux visages qui viennent se mélanger à ceux un peu bizarres mais néanmoins familiers des 100% marrakchiyin. Déjà qu’on était un peu à l’étroit, là, on frise l’inondation. Nous n’aimons pas quand la ville se remplit. Elle commence à grouiller comme un seau plein de vers et ça nous dégoute un peu.

Bientôt, ça ne sent plus les vacances. Ça sent l’essence. Qui a une allumette ?

Nous ne sommes pas en vacances mais c’est tout comme. On travaille en pensant aux cadeaux que nous allons faire, au repas que nous allons faire, à la soirée que nous allons faire.

C’est Noël et même si personne n’en parle, même si on travaille le 25 au matin, même si on n’a pas fait de sapin à la maison, c’est quand même Noël.

On a acheté foie gras, saumon fumé, fromage de chèvre, marrons glacés, bûche glacée, canard et truffes ; nous salivons rien qu’à l’idée de nous empiffrer.

Ce qui est bien quand on a un pied de chaque côté de la Méditerranée, c’est qu’on a deux fois plus de fêtes, deux fois plus de moments à partager voire, deux fois plus de cadeaux !

Bon, on mange aussi deux fois plus que tout le monde et ça nous coûte deux fois plus cher mais c’est toujours deux fois plus sympa d’avoir deux fois plus de repas entre amis et en famille, deux fois plus d’évènements à célébrer et d’avoir deux fois plus de raisons de passer un bon moment.

C’est sur que ce n’est pas systématiquement le cas pour tout le monde. Certains détestent les réunions de famille, n’aiment pas sortir et préfèrent rester dans leur train-train quotidien. Dans ce cas, c’est deux fois plus cauchemardesque pour eux d’avoir deux cultures différentes.

Mais nous, ça nous va bien de pouvoir fêter la fin du Ramadan avec des gâteaux aux amandes et au miel, manger des brochettes pour la fête du Mouton, fêter Noël avec dinde et foie gras, célébrer le Nouvel An avec huître et caviar, fêter la naissance du Prophète avec un bon couscous familial, fêter Pâques avec ses œufs en chocolat, Achoura avec ses kourichlate, etc.

Ah ouais d’accord… Et nous qui nous demandions pourquoi la balance affichait irrémédiablement 200kg…

13 décembre, 2010

A vos ordres!

Classé dans : Devisons un peu — cieamalhadrami @ 13:08

patamodpatron.jpg

Encore une nouvelle résolution à prendre. Pourtant, ce n’est pas encore le nouvel an. Enfin, si, c’est le nouvel an musulman. Finalement, c’est bien l’heure de prendre de nouvelles résolutions. Et la première sera celle-ci : ne plus attendre que le monde s’adapte à nous (oui, nous résistions encore, utopistes intarissables) mais à nous de nous adapter à lui. Et Dieu Sait que cela nous coûte.

 

Malgré notre grand âge, nous en étions encore à penser que tout le monde fonctionnait comme nous. Tout le monde veut bien entendu désigner les hommes et femmes actifs, dans la trentaine, évoluant dans le milieu de l’art. Fonctionner comme nous signifiant être un acharné du travail et de mourir plutôt que de ne pas honorer sa parole. Oui peut-être que nous aurions dû vivre quelques siècles plus tôt.

 

Nous voulions être indépendants professionnellement parlant et l’art nous a offert cette possibilité. Faire ce que l’on veut, comme on le veut. Travailler seuls, à notre rythme, à notre manière. Mais nous ne souhaitions pas non plus vivre reclus. Il faut bien, un jour ou l’autre, être confronté à quelques représentants de l’espèce humain. Déjà, parce qu’on a besoin d’eux pour exister, ne serait-ce que pour jouer le rôle du public. Aussi, nous avons besoin d’eux pour donner vie aux images, mouvements, scènes qui nous tournent dans la tête.

 

Mais nous n’avions pas réalisé que nous devrions, par conséquent, être le patron. Et ça, ce n’était visiblement pas notre truc. Oui, nous estimons que chacun a pour soi une conscience et dans le cas qui nous concerne, une conscience professionnelle. Décider de faire tel ou tel travail et le faire bien.

 

Sans que quelqu’un ne soit obligé d’être derrière vous. Et nous n’avons donc été derrière personne. Et nous avons fini par courir tout seul devant. Nous avons tourné la tête et nous les avons trouvés en train de débattre sur l’itinéraire à la station service de l’autoroute. Alors que nous avions le plan dans une main et le chrono dans l’autre. Vous suivez toujours ?

 

Qu’à cela ne tienne, la prochaine sera la bonne. Réveillons en nous le dictateur qui dort et chevauchons fouet à la main, sans repos ni relâche. Seuls les survivants recevront les honneurs. Quoi qu’on en dise, ça finit toujours par retomber sur le patron. Tant qu’à faire, autant faire les choses comme on l’entend.

 

Et dire que nous pensions que c’était le Maroc qui fabriquait des assistés…

 

Prochaine résolution : accepter que certains trouvent nul ce que l’on propose et continuer à le défendre si on est convaincu de sa valeur.

 

Vous êtes toujours là ? Nous sentons que nous vous avons perdu en route. En même temps, quelle idée de lire les tribulations intérieures d’un être en quête de réponse. Vous feriez mieux de lire un bouquin de philo, c’est mieux écrit et de vraies doctrines y sont proposées. Ou peut-être êtes-vous vous aussi un mauvais patron… ou un mauvais employé… ou un mauvais artiste… Dans ce cas-là, désolés, mais nous ne pouvons rien pour vous. Contents d’être passés ?

 

g-huis-g8 |
astrologievoyance |
1S4, Lycéee La Bruyère Vers... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | réflexion en partage
| Chômeuse de Luxe
| REFLEXIONS